infractions a l'URBANISME


sophia-antipolis

Une multinationale s'est rendue coupable de multiples infractions à l'urbanisme sur le site de Sophia-Antipolis depuis 2015 (photos) : création d'une piste talutée en forêt, canalisation eaux pluviales, mur d'enceinte de 4m50 de haut

au lieu des 1m80 permis, remblaiements illégaux en limite

de propriété, mutilation d'arbres, etc.

L'impact de ces infractions dans le paysage et sur la biodiversité du site est important.

L'ASEB-AM avait informé la Mairie de Biot en demandant de dresser des PV d'infractions pour dissuader le contrevenant. Nous avons senti une certaine gêne à réprimer cette société puissante qui promet de futurs emplois (forme de chantage).

Aucun PV n'a été dressé depuis 2015 :

à quoi sert d'avoir un règlement d'urbanisme ? 

 

Nous déplorons que des particuliers soient sévèrement réprimés par la Mairie de Biot pour de petites infractions (exemple : PV + arrêté de travaux pour un simple Jacuzzi dans son jardin) alors que des promoteurs ou des multinationales bénéficient de beaucoup de mansuétude pour d'importantes infractions préjudiciables à l'environnement (aucun PV d'infraction dressé malgré l'insistance de l'ASEB-AM).

 



BOMBE A RETARDEMENT au pied du village

Une station de distribution de carburant pour voitures (commerce légal) mais aussi de revente de carburant/fuel pour des professionnels (sans autorisation légale) situé à proximité de nombreuses habitations et commerces Biotois, ne respecte pas, depuis des années, ni les règles de sécurité régissant un telle activité, ni le règlement d'urbanisme (terrain en zone inondable).  Le voisinage, comme l'actuelle municipalité Biotoise, a beaucoup de difficultés pour contraindre cette société à respecter les règles de sécurité pourtant imposées

par les lois françaises. D'énormes camions citernes sont stationnés sur le site pour être approvisionnés par des cuves enterrées sans aucune autorisation et ne respectant pas les distances de sécurité / voisinage.

Fait aggravant, une canalisation de gaz de ville passe à proximité de cette station de stockage de carburants.

Constat incroyable, les services de la Préfecture traînent des pieds pour l'obliger à se mettre en conformité avec les règlements de sécurité, inconscients du risque encouru par la population. D'autre part, une pollution journalière (vapeur d'essence lors de transfert de carburant entre camions : strictement interdit) met en danger la santé des habitants du quartier. Un risque fort de pollution des eaux de la Brague existe aussi car les installations sont à proximité d'un vallon d'évacuation d'eau de pluie (un mur des murs de cet établissement s'est effondré dans ce vallon en 2016, d'autres

menacent de le faire).

L'ASEB-AM a déposé plainte contre cette société.                          
Croisons les doigts POUR QU'AUCUN DRAME NE SURVIENNE comme une EXPLOSION suivie d'une POLLUTION de notre environnement !



Service 3

Tamen a proposito, inquam, aberramus. Non igitur potestis voluptate omnia dirigentes aut tueri aut retinere virtutem.